Corona, Consolation et Compassion

This post is also available in: English Deutsch Español Português 한국어 Nederlands 简体中文 日本語 Čeština Dansk

Corona, Consolation et Compassion

D’après un récent message en direct sur Facebook de Revive Israel par Asher Intrater

Je pensais à ce qui se passe dans le monde aujourd’hui, alors que de nombreuses nations sont aux prises avec ce fléau qu’est le Corona-virus. Ce n’est pas seulement un problème médical. C’est aussi un problème financier, et cela rend partout les gens très inquiets et stressés. Ils ont peur de tomber malade, peur de perdre leurs moyens financiers et ils commencent à penser : « Je pourrais mourir ou toute la structure sociale autour de moi pourrait s’effondrer ! »

Tout le monde ressent la pression et les difficultés. Qu’est-ce que je ressens ? Je ressens tout ce que les autres ressentent, mais la différence c’est que nous avons une mesure de foi et de force à l’intérieur. Nous avons l’encouragement du Saint-Esprit, pour pouvoir y faire face.

« … Dieu nous console dans toutes nos afflictions, afin que, par la consolation dont nous sommes l’objet de la part de Dieu, nous puissions consoler ceux qui se trouvent dans quelque l’affliction ! » (II Corinthiens 1:4)

Ce n’est pas un réconfort comme celui que j’apporte en vous tapant dans le dos et en vous disant : « J’espère que vous vous sentirez mieux ». C’est le Saint-Esprit qui vient en nous et qui porte la situation avec nous, dans notre âme.

Nous devons voir cela comme une merveilleuse occasion d’aller réconforter les autres, de les encourager et de les fortifier, de les « construire de l’intérieur » dans une situation donnée.

C’est cela la compassion : ressentir ce que ressent quelqu’un d’autre et faire quelque chose pour y remédier. En cette saison de la Pâque, rappelons-nous qu’après le premier acte de Dieu en Égypte, les choses semblaient d’abord se détériorer encore plus. Moïse vient à Dieu. Il dit : « Que s’est-il passé ? Je pensais que Tu allais sauver le peuple et maintenant tout est pire. Le pharaon nous a pris notre paille et maintenant nous devons courir partout et chercher de la paille ! »

Et la réponse de Dieu a été : « Maintenant, vous allez voir Ma puissance. »

Donc oui, c’est une situation dangereuse, mais c’est aussi une opportunité d’aller de l’avant et de montrer davantage l’amour de Dieu.

Revenons un peu plus en arrière dans le livre de l’Exode. Nous lisons là un passage concernant quelqu’un qui faisait preuve de réconfort. Qui était-ce ? C’était la fille du Pharaon. Quelle héroïne !

« … et quand elle ouvrit le panier, elle vit l’enfant et voici que le bébé pleurait. Elle eut de la compassion pour lui et dit que c’était un des enfants des Hébreux… » (Exode 2:6)

C’était la princesse d’Égypte ! Son père avait récemment ordonné que tout enfant mâle hébreu soit tué. Il les opprimait déjà horriblement, rejetant leur Dieu et ne leur donnant aucune liberté religieuse !

Mais la compassion de cette jeune femme était plus grande que la sorcellerie, le pouvoir politique, la dépravation militaire et spirituelle d’un empire si maléfique que ses membres de cabinet portaient des serpents sur la tête !

La princesse avait tout simplement de la compassion pour le bébé Moïse. C’est comme si elle avait dit : « Je sais que c’est un des bébés hébreux, mais mon coeur est plus grand que tout le mal du monde, même s’il vient de mon père. »

Wow. Quelle chose incroyable. Quand vous pensez à l’histoire de l’Exode et que vous pensez à quel point le pharaon était mauvais, pensez à quel point sa fille était merveilleuse. En fait, il se passe deux choses en Égypte. Vous avez le mal qui se dirige vers la punition. Mais il y a aussi un noyau d’Égyptiens qui commencent à ressentir une sorte de compassion et d’identification avec le peuple d’Israël. Ils deviennent la « multitude mixte » qui sort d’Égypte.

Tout a commencé avec cette jeune femme – avec quelque chose d’aussi simple qu’un acte de compassion, quand elle a sauvé ce bébé de l’eau. C’était le vaisseau de salut désigné par Dieu dans le monde, et elle l’a sauvé ! Ils l’ont appelé Moïse (Mosheh). En hébreu, cela signifie tirer quelqu’un vers le haut et le sortir. Si vous l’examinez attentivement dans II Samuel et dans les Psaumes 18, il s’agit en fait d’une prophétie de Dieu tirant Yéshoua de l’enfer. Quelle chose étonnante – tout cela de la part de cette femme qui a eu un moment de compassion. C’est ce qui a fait démarrer le livre de l’Exode !

C’est ce qu’un petit acte de compassion peut faire. Nous devons être prêts à agir avec compassion.

Emu de Compassion

Dans les moments difficiles, la foi s’exprime dans des Actes de Compassion, comme on s’occupe d’une autre personne.

Dans les situations difficiles, les gens ont tendance à réfléchir davantage à leurs propres problèmes. Vous avez mal, et cette douleur attire votre attention. En ce moment, vous et moi et les gens partout, nous ressentons tous la même douleur, et cela nous amène à penser à nous-mêmes, à notre stress et à nos difficultés. C’est naturel, mais c’est aussi une occasion de dépasser notre égocentrisme pour nous demander : « Que ressent mon voisin ?

Luc 10 dit qu’un certain Samaritain, au cours d’un voyage, est passé à côté d’un homme couché sur la route. Il avait été volé et battu. Il était allongé sur le sol, souffrant. Et quand le Samaritain l’a vu, il a été ému de compassion.

Remarquez que ce genre de compassion biblique nous pousse à faire des choses. L’argent semble souvent être en cause. Le Samaritain est allé payer les factures « médicales » du blessé. La fille du pharaon a payé la mère de Moïse pour le soigner.

Lorsque vous êtes à court d’argent, tendez la main. La Bible dit dans Genèse 26 qu’Isaac a semé en temps de famine. Il a semé quand les gens n’avaient pas assez, et il a récolté au centuple. Voici une occasion extraordinaire pour nous de tendre la main et de faire cela.

Deux Solutions pour les Maladies Contagieuses dans la Bible

Le monde d’aujourd’hui est confronté à une maladie contagieuse appelée Covid-19. Dans la Bible, il y a deux chapitres obscurs qui décrivent chaque petit détail sur la façon dont le prêtre pourrait contenir une maladie de peau contagieuse (Lévitique 13 et 14). Il est étonnant de constater qu’il y a près de 4 000 ans, la Bible donnait trois instructions :

  1. Examiner les gens et vérifier s’ils sont atteints,
  2. Laver dans l’eau
  3. Empêcher les personnes infectées d’avoir des contacts avec celles qui ne sont pas malades.

Wahou, ces trois règles font probablement la une de tous les journaux du monde aujourd’hui. C’est juste un petit encouragement à croire que la Parole de Dieu est vraie.

Ce sont les règles, la loi. En plus de la loi, il y a un autre niveau pour surmonter la même maladie. Regardons ce qui a été le premier miracle de guérison de Yeshoua. Il a guéri une personne atteinte d’une maladie contagieuse.

Marc 1:41 dit, « … Jésus, ému de compassion, étendit la main, le toucha, et dit: Je le veux, sois pur. ».

Yeshoua parle à un homme atteint de la lèpre. Yéshoua sait que selon les lois lévitiques, vous ne devez pas avoir de contact avec un lépreux. C’est la loi, mais Yeshoua a une puissance plus forte que la loi. Cet homme traverse une crise, comme beaucoup de gens aujourd’hui. Ce n’est pas seulement une crise sanitaire. Ce n’est pas seulement une crise économique. C’est une crise existentielle.

Est-ce que je vais vivre ?

Est-ce que quelqu’un se soucie de moi ?

Yeshoua a dit : « Non seulement je me soucie de toi, mais Je veux agir en conséquence. » Il a tendu la main et a touché le lépreux et l’a guéri.

Les deux niveaux sont dans la Bible. À un niveau, nous devons obéir à la loi, au gouvernement, aux règles d’hygiène. Examiner. Se laver. Se séparer.

Mais il y a un autre niveau que la foi nous permet d’atteindre. Nous pouvons accéder à la puissance de Dieu et prier pour que les gens soient guéris, même si les médecins ne peuvent pas le faire.

Quelle était la source de la puissance de guérison ? Yeshoua était ému de compassion !

« Yéshoua sortit, il vit une grande foule, et Il fut ému de compassion pour eux et guérit leurs malades. » (Matthieu 14:14)

La compassion nous émeut. Elle fait quelque chose. Grâce à la compassion, Yeshoua a tendu la main pour guérir ceux qui l’entourent. Je veux que nous ayons ce genre de compassion. Je veux avoir ce genre de compassion, quelle que soit la situation. Plus la situation est grave, plus il y a d’opportunités de tendre la main. Tout le monde n’a pas besoin de guérison physique. Certaines personnes ont besoin d’encouragement. Certaines personnes ont besoin d’une aide financière. Certaines personnes ont juste besoin d’un appel pour dire bonjour parce qu’elles se sentent seules. Je veux vous encourager à regarder autour de vous, à vous laisser émouvoir par la compassion et à agir en conséquence !

Print Friendly, PDF & Email
By | 2020-05-10T21:28:34+00:00 mai 10th, 2020|Non classifié(e)|0 Comments

Leave A Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.