Il lui a plu de Le briser

This post is also available in: enEnglish deDeutsch

La prophétie du Messie en tant que Serviteur souffrant comporte une profonde déclaration.

Esaïe 53:10
“Et il a plu à YHVH de le briser”

Le mot racine ici pour « briser » est דכא et c’est le même que « écrasé » en :

Esaïe 53:5
« Mais il était transpercé à cause de crimes, écrasé à cause de nos fautes. »

Comment était-ce possible que ce soit la volonté de Dieu de briser ou d’écraser l’âme de son Serviteur juste ?

L’âme du Messie devait devenir un « sacrifice de culpabilité » (verset 10) et « être livrée à la mort » (v. 12). Il a souffert l’angoisse dans le processus de nous racheter de nos péchés.

Son âme pure a dû absorber et ressentir la négativité, la trahison et la haine de nos péchés. C’est à cause de l’écrasement et de la douleur de son âme que notre âme a pu être pardonnée et purifiée. Il a permis que son âme soit écrasée. Ses émotions ont été brisées à cause de nous. Ses sentiments ont été écrasés à cause de son contact avec nous.

Il y a là un mystère : permettre le «brisement» de l’âme et devenir une «offrande de culpabilité ». Le « brisement » du juste a une influence rédemptrice. Pourtant, quand on est écrasé, on ne peut rien faire sinon être écrasé. Cela n’a aucun sens. C’est insondable.

Pendant qu’Yeshua était écrasé, il devait faire confiance à son Père céleste. Il devait croire que sa souffrance ferait du bien aux autres. Nous voyons ce phénomène chez les grands héros de la foi : Abraham, Isaac, Jacob, Joseph, Moïse, David, Jérémie, Pierre, Paul, Jean et bien d’autres.

L’âme écrasée est libre de l’orgueil et de la luxure. L’âme écrasée semble être totalement inefficace. Pourtant, Dieu peut travailler à travers une âme écrasée tant que la personne se maintient dans la foi et l’amour.

C’est encourageant ici de savoir qu’ « il a plu au Seigneur de Le briser ». Dieu n’est pas sadique. S’il Lui a plu de le faire, c’est parce qu’Il sait qu’il en résultera un très grand bien. C’est réconfortant de savoir que le Seigneur peut être satisfait de nous, même quand tout semble aller mal et que nous ne ressentons que de la douleur. Nous pouvons faire confiance à Dieu que, d’une manière ou d’une autre, un plus grand bien sortira de ce que nous vivons.

S’il plait à Dieu de nous écraser, nous pouvons nous réjouir d’être écrasés. De cette façon, dans le processus, nous devenons de plus en plus «conformes à l’image » de Yeshua.

 

Print Friendly, PDF & Email
By | 2014-09-19T00:00:00+00:00 septembre 19th, 2014|Non classé|0 Comments

Leave A Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.