Les deux prophéties de Jonas

This post is also available in: enEnglish pt-brPortuguês ko한국어

Jonas a donné deux grandes prophéties. Dans la première rapportée en II Rois 14.25, il prophétise l’élargissement des frontières d’Israël et semble très motivé pour ce genre de prophétie qui est un message de victoire et de puissance.

La seconde rapportée dans le Livre de Jonas veut amener l’Assyrie à la repentance et au réveil. C’est une nation païenne, souvent considérée comme un ennemi d’Israël et Jonas n’a vraiment pas envie d’apporter ce message qui va à l’encontre de sa motivation et de son orientation. Il dit «Non» au Seigneur.

Il doit surmonter sa propre résistance au message. Quand il le fait (avec l’aide d’un gros poisson), le message apporte le réveil à toute la nation. Le message sur le repentir est basé sur son témoignage personnel de l’expérience miraculeuse de «la mort et la résurrection». C’est une forme de message pré-évangélique. Jonas accomplit une image de Yeshoua (Matthieu 12.40).

Toute une nation vient à la foi. C’est une phase initiale de la future église internationale des Gentils. C’est un précédent à la prédication de Paul aux Gentils et à l’établissement d’églises partout dans le monde.

En outre, la réforme morale de la nation d’Assyrie change toute la société. Devenue la nation la plus puissante de la terre, elle domine l’histoire du Moyen-Orient pendant tout le 8ème av. J-C. et devient un grand «royaume» sur terre.

La repentance, le réveil, le témoignage de la mort et de la résurrection futures de Yeshoua, l’église des Gentils, l’autorité du royaume, le changement dans l’histoire … tout cela résulte d’un seul message ! Les deux messages prophétiques de Jonas sont parallèles, mais le message assyrien a plus d’effet que le message israélite. Le message qui demande la mort à l’orgueil et au moi produit plus que celui de la victoire et du pouvoir.

En général, notre motivation est plus grande pour le genre de messages qui correspondent à notre idée de la victoire. Cependant, c’est souvent le message qui demande de renoncer à soi-même et à sa propre ambition qui a de plus grands résultats pour le Royaume de Dieu. Même Yeshoua a dû prier «Pas ma volonté mais la Tienne » à Gethsémané avant la Crucifixion. En fin de compte, son obéissance où il renonce à lui-même a produit beaucoup plus de fruits que ses réveils de guérison avant la croix.

Dans ces deux types de prophéties, on peut aussi voir les deux chemins parallèles d’Israël et de l’Église. Si les disciples de Yeshoua veulent «restaurer le royaume en Israël» (Actes 1: 6) au premier siècle, Yeshoua les envoie chez les Gentils «jusqu’aux extrémités de la terre» (Actes 1: 8). Peut-être, tout comme Jonas, ne veulent-ils pas «donner» le Royaume aux Gentils.

Grâce à Dieu, de nos jours, nous avons la possibilité de faire les deux. Nous servons à la fois la restauration d’Israël et celle de l’Église (Romains 11). Toutes les deux avancent vers leur plénitude au fur et à mesure que nous nous rapprochons du Royaume du Messie à venir sur la terre.

Print Friendly, PDF & Email
By | 2016-12-21T00:00:00+00:00 décembre 21st, 2016|Non classé|0 Comments

Leave A Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.